[Blog] Maitre Philippe Version imprimable Suggérer par mail

    L'article de la Semaine

Maitre Philippe (Biographie et Extraits)

 

Maitre Philippe

M. Philippe était de taille moyenne, d'aspect fort simple. Il avait des cheveux noirs très fins, portés assez longs. Ses yeux, de couleur changeante, étaient ordinairement d'un brun assez clair, parsemés de paillettes dorées. Le regard était d'une douceur pénétrante ; vif et mobile, il se portait souvent plus loin que la personne ou l'objet considérés, et devenait parfois impérieux.


Tantôt son attitude était pensive et grave, tantôt il redressait le buste et la tête, son teint et la couleur de ses yeux s'éclaircissaient ; il rayonnait.

Il marchait beaucoup sans se hâter. Jamais pressé, il n'était jamais inactif. D'une grande habileté manuelle, il pouvait faire lui-même ses instruments de laboratoire. Il fumait beaucoup et ne s'accordait que très peu de sommeil.
 
Dans son activité inlassable il savait prendre le temps de faire une partie le soir en famille, à la brasserie, ou d'aller au théâtre avec les siens. Il plaisantait parfois avec bonhomie, le plus souvent pour faire naître une pensée élevée...
Il ne montra jamais de préférence pour aucune classe sociale ; d'une exquise politesse envers quiconque, il parlait à tous avec une bienveillante simplicité. Mais, par-delà cette bienveillance, une autorité et une liberté transcendantes émanaient de lui. Cela se conçoit car, " Il était, dit le docteur Lalande, tellement grand en connaissance, si libre, que nulle de nos mesures ne s'adaptaient à lui. Logique, morale, sentiment de la famille, tout cela n'était pas pour lui ce que c'est pour nous, puisque la vie entière se présentait à lui avec le passé et l'avenir liés ensemble en un seul tout spirituel, dont il savait la nature, l'essence, les raisons, les lois, dont il possédait les rouages... Et il donnait par ses bienfaits, cures morales et physiques, actes de science ou de miracle(c'est-à-dire sur-science pour nous), des preuves que son enseignement était vrai ".
 
Quelques extraits...
 
DIEU

Dieu est partout. Il est devant, derrière et à côté de nous et nous ne le voyons jas. Lui nous voit. Aussi ne faut-il jamais dire : Dieu m'abandonne. Nous pouvons nous éloigner de Lui, mais Dieu est toujours avec nous. Lorsque nous disons : Dieu m'abandonne, nous insultons Dieu qui est notre Père, qui pourvoit à tous les besoins de notre existence. Il a pourvu à tout, Il a tracé le chemin que nous avons à faire et a mis sur notre route tout ce qui nous est utile. Telle est sa bonté infinie ; tout ce qu'Il a fait est parfait. (24-1-1896)

Qui d'entre vous n'a pas dit à un moment ou à un autre : " Dieu n'est pas juste ; si j'étais à sa place, je n'aurais pas fait comme cela ?" Comment oser juger les oeuvres de Dieu ? Lui pourtant ne nous juge pas lorsque nous sommes incapables de le comprendre. Personne n'a l'intelligence assez formée, "esprit assez subtil pour se faire une idée de ce qu'est Dieu. (21 -11 -1894)

Il est la perfection même ; tout ce qu'Il fait est parfait. Il n'a rien oublié, tout a sa place marquée depuis le commencement, tout arrive à son heure. Si nous nous récrions, c'est une preuve de notre injustice, car nous jugeons les oeuvres de Dieu.

La Providence est partout. L'homme la trouve dans le mauvais comme dans le bon chemin. (18-2-l902).

Dieu n'a encore corrigé ni jugé personne. Il ne juge pas, c'est nous-mêmes qui nous jugeons. (12-2-1901)

La miséricorde de Dieu n'a pas de bornes. Il aime le pécheur.
Le Père ne partage pas son royaume ; Il n'en a pas besoin ; Il le donne à ses enfants.

Il est un appartement plus élevé que tous les autres. Celui-ci, je ne puis même pas dire s'il nous sera donné d'y aller un jour. C'est, pour ainsi dire, le salon de Dieu. Il l'élargira peut-être pour nous recevoir, mais Il ne l'a jamais encore modifié. Il y a quelques siècles Il a bien rétréci une portion de ses appartements, mais le salon jamais.

LA REINCARNATION

Je ne sais si vous croyez à la réincarnation. Vous êtes libres d'y croire. Ce que je sais, c'est que je me souviens d'avoir existé, d'être parti et revenu et que je sais quand je repartirai. Mais y a-t-il rien qui montre davantage la justice de Dieu que ce temps qu'Il nous donne pour racheter nos fautes ?

Et pourquoi, sans cette justice, telle personne serait-elle plus heureuse que telle autre, plus intelligente ou plus disgraciée ?

Si l'on ne croit pas à la réincarnation, il est impossible d'expliquer ces deux paroles du Christ : " La septième génération ne passera pas sans que tu paies tes dettes jusqu'au dernier iota. Tu n'arracheras pas un cheveu à la tête de ton frère sans que cela te soit rendu ".

Tout ce que je vous dis là doit ennuyer beaucoup d'entre vous, mais je m'adresse aux plus âgés, quoiqu'ils puissent être les plus jeunes. Vous ne me comprendriez pas si je vous disais que l'un de vous peut être le père de son grand-père, et pourtant, si vous croyez être les enfants de Dieu, c'est facile à comprendre.

LES RIDEAUX

Le cerveau n'est pas assez lucide pour percevoir les choses telles que l'esprit les transmet.

Nous avons tous un rideau devant les yeux qui empêche de voir ce qui est devant nous. (13-1-1895)

Personne ne voit les choses de la même manière ; il n'y a que celui dont les yeux de l'esprit sont ouverts qui voit les choses telles qu'elles sont. Même dans le monde des esprits ils ne voient pas la réalité.

Où nous voyons une cafetière, d'autres êtres voient un réservoir, un lac, un abri, mais tous voient quelque chose de différent.

Il y a différents cieux suivant les différents appartements, et tous sont voilés à nos yeux ; nous ne voyons que ce qu'il nous est permis de voir. Chacun de ces cieux est pourvu d'un rideau. S'il nous était permis de lever un de ces rideaux, nous pourrions voir ce qui se passe dans ce monde. (Novembre 1895 ; 22-11-1900)

L'homme a le pouvoir de disparaître, d'être dans le lieu qu'il désire et de revenir quand bon lui semble. Pour cela il lui suffit de demander que le rideau se lève ; il fait deux pas et il y est. Il y reste jusqu'au moment où il demandera à Dieu d'en partir et de nouveau il sera là. Mais, pour cela, il ne faut pas se croire quelque chose, car on n'irait pas loin.

Je n'ai jamais vu sur terre quelqu'un devant qui le rideau était levé; quelques personnes ont vu comme par le trou d'une aiguille, d'autres par un petit coin soulevé, mais jamais plus.

Maitre PhilippeMaitre Philippe de Lyon
Nizier Anthelme PHILIPPE est né le 25 Avril 1849 au lieu dit "Les Rubatiers", hameau d'un petit village de la Savoie nommé "Loisieux"

BEAUTE DES OEUVRES DE DIEU

Rien n'est vilain dans la nature.

Lorsque vous saurez admirer toutes, absolument toutes les oeuvres de Dieu, c'est que vous aurez eu par la charité le moyen de les reconnaître, tandis qu'aujourd'hui vous vous servez des oeuvres de Dieu pour vous battre contre elles et vous révolter.

LES TENEBRES

En grandissant, les plantes étendent leurs branches vers le ciel et en même temps leurs racines plongent dans la terre. Elles ont beaucoup de peine à se frayer un chemin à travers les pierres et les obstacles, et elles portent à la lumière une petite partie de ce qu'elles ont rencontré lors de leur passage dans les ténèbres. Il en est de même pour nous ; au fur et à mesure que nous avançons, nous plongeons davantage dans les ténèbres, dans la matière, car il faut que tout avance. Il faut travailler toujours davantage pour arriver à briser la chaîne qui entoure notre front.

Ce sont les peines et les épreuves qui élargissent l'esprit.
 
Si vous voulez en savoir plus sur Mr Philippe nous vous engageons à vous rendre sur ce site qui lui est dédié et dont les textes de cet article sont issus : www.livres-mystiques.com
 

Votre panier

Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous